Atelier FLEURY - Création de vitraux d'artistes

Actualités

L'atelier jd Fleury
création de vitraux d'artistes contemporains
restauration de vitrail ancien
creation de vitraux pour l'architecture contemporaine

Créé en 1978 à Toulouse, l’atelier Jean-Dominique Fleury est depuis quelques années la signature de référence du vitrail ancien et contemporain. 
Outre la restauration, ainsi qu’un travail de création personnelle salué par la critique à l’occasion de multiples expositions, la récente collaboration de l’atelier avec des artistes contemporains tels que Miquel Barceló pour la réalisation des 80m² de vitraux de la chapelle Saint Pierre à Palma de Majorque, Pierre Soulages 250m² pour les 104 baies de l’abbatiale de Conques ou les 50m² avec Martial Raysse de Notre-Dame de l’Arche d’Alliance à Paris, fait de ce lieu reconnu le creuset d’élaboration d’une nouvelle grammaire de la lumière. 
En effet, ses expériences multiples dans les domaines du verre et du vitrail, lui permettent de transcrire la pensée des artistes qu’il rencontre grâce aux techniques nouvelles empruntées au domaine des Arts Appliqués. Ainsi chaque collaboration unique avec un artiste, que ce soit dans une architecture religieuse ou dans des bâtiments publics donne lieu à une recherche approfondie permettant de développer des outils inattendus.

Fleury / soulages
l' art d'une rencontre
les 104 baies de l'abbaye de conques
250m² de vitraux contemporains

C’est avec l’artiste français Pierre Soulages, mondialement célèbre pour son travail sur le noir-lumière, que Jean-Dominique Fleury entame un travail de collaboration avec de grands noms de la création contemporaine. Dans le cadre d’une commande de l’Etat pour un monument historique, sa mission portera sur la réalisation des 104 vitraux de la basilique romane de Conques.

L’heureuse synergie des talents aboutira, trois ans plus tard, métamorphosé par ses nouvelles ouvertures, à la résurrection du lieu. Célébré par une presse abondante, le site accueille chaque année des milliers de visiteurs et fait en quelque sorte, dix siècles après les pèlerinages de Compostelle, l’objet d’un nouveau culte.